NOTIONS SIMPLE DE GENETIQUE

Document préparé et qui nous a été confié par Laurent Schibler UMR 1313GABI - INRA Jouy en Josas

 

----------------------------

Quelques notions de base et définitions.

Le génome.

L’information génétique constitue le génome et détermine les caractères héréditaires
Les chromosomes sont le support de cette information

Chaque cheval possède n=32 paires de chromosomes homologues ie 2 copies différentes de chacun des 32 chromosomes. Les cellules sont dites diploïdes (2n)

Une des copies provient du père, l’autre de la mère car les gamètes (=cellules reproductrices spermatozoïdes ou ovules) sont haploïdes (=ils n’ont qu’une seule copie de chaque chromosome)

Lors de la fabrication des gamètes, les lots de chromosomes sont répartis aléatoirement (brassage génétique)

Les enfants ont 50 % de chaque parent
Les petits enfants ont en moyenne 25% d’un grand parent (mais le % réel individuel est variable, en fonction de l’aléa du brassage)

 

Les gènes et les caractères.

Les gènes sont des unités élémentaires fonctionnelles portés par les chromosomes.
Les caractères correspondent aux propriétés observables (couleur, taille…)
Les gènes gouvernent de façon +/- directe les caractères.

La génétique étudie la transmission des caractères héréditaires et des gènes pour en déduire les relations qui les lient.

Le génotype représente la composition génétique
Le phénotype désigne les caractères observés (résultat du Génotype et de l’action de l’environnement)

Il existe des mutations de séquence dans les gènes. Une mutation peut n'avoir aucune conséquence sur le phénotype (mutation silencieuse ou polymorphisme) ou au contraire changer la fonction de la protéine et produire un phénotype différent.

Les allèles sont les différentes formes que peut prendre un même gène.
Un individu qui possède deux allèles identiques est homozygote.
Un individu qui possède deux allèles différents est hétérozygote.

L'allèle A est dit dominant sur l'allèle B si les phénotypes associés au génotype homozygote AA et hétérozygote AB sont identiques (il suffit d’une seule copie de A pour avoir l’effet);
l'allèle B est dit alors récessif (il faut 2 copies de B pour voir l’effet)
Si le sujet AB exprime à la fois ce qui est observé pour le génotype AA et pour celui BB, les 2 allèles sont dits co-dominants (c'est le cas des groupes sanguins A et B).

 

Quelles conséquences sur les croisements ?

Attention : pour éviter les confusion on appellera Curly le génome « standard » de la race Curly et on désignera par Frisure (F) ou frisure (f) les gènes « curly » dominant ou récessif responsables de la frisure du poil (+: allèle sauvage correspondant).

On peut estimer le % retenu en génotypant les 50.000 marqueurs sur la puce SNP sur les parents et les descendant


Rappel ! Attention : pour éviter les confusion on appellera Curly le génome « standard » de la race Curly et on désignera par Frisure (F) ou frisure (f) les gènes « curly » dominant ou récessif responsables de la frisure du poil (+: allèle sauvage correspondant).

                                           Probabilité d’avoir un cheval frisé

Pour retrouver facilement les proportions, en fonction des génotypes supposés de parents, il suffit de faire un tableau à double entrée de répartition des allèles :

On en déduit les fréquences: F/F =1/4 (25%) +/+=1/4 (25%) +/F et F/+ sont identiques en terme de phénotypes = 2/4 (50%)

En fait, c’est un peu plus compliqué …..

Cela ne change rien aux principes présentés avant, sauf dans tous les croisement faisant intervenir des hétérozygotes, un croisement avec un 50% Curly par exemple.
-Le nombre de génotypes possible devient quasi infini et les fréquences de chacun très faible
-Il n’est pas possible d’obtenir en pratique un génotype parental dans la descendance (le 100% Curly et le 0% Curly d’un croisement 50% Curly x 50% Curly ou le 100% Curly et le 50% Curly d’un croisement 10% Curly x 50% Curly)